Navigation Menu+

Le storytelling ou comment intéresser son interlocuteur

En blablatant bien sûr ! Vous voulez accrocher l’attention d’une personne, et bien racontez-lui une histoire, aussi facile que ça. C’est justement le principe de cet article, vous parler de ce qu’on appelle le « storytelling », une technique qui date mais qui fait toujours son effet.

Qu’est-ce que le storytelling ?

storytelling.jpg

Storytelling, littéralement, c’est histoire et raconter. A la base de tout enseignement, depuis longtemps, le storytelling existait déjà, où les sages racontaient des histoires, des contes ou des mythes aux enfants pour leur inculquer des valeurs, et leur apprendre la vie.
Utilisé actuellement par des entrepreneurs, le storytelling consiste à intéresser son interlocuteur en lui racontant des histoires. Les émotions attachées à l’histoire véhiculent mieux le message que l’on veut faire passer. Il est clair qu’une petite anecdote sur un produit cultive encore plus la curiosité du client.
C’est, en effet, un vecteur d’influence, qui veut faire accepter quelque chose à son auditoire. Il vous est utile dans le cas où vous lancez une nouvelle marque, un produit, ou pour propulser votre site.

Comment construire un discours ou une présentation sur ce principe ?

un-discours-ou-une-presentation.jpg

Le storytelling est une méthode facile, mais demande tout de même une bonne stratégie pour un excellent rendu. Cette tactique se divise en trois plans : le projet, l’histoire et le message.
–    Le projet :
Dans cette première phase, faites le point sur l’identité de votre entreprise ou produit, les valeurs sur lesquelles elle est fondée. Ensuite, déterminez vos objectifs, et puis, identifiez les cibles.
–    L’histoire :
Impérativement captivante et intéressante, véhiculez le plus d’émotions et de cohérence. Décidez de la nature de l’histoire (vraie ou inventée).
–    Le message à transmettre :
Sollicitez le public à réagir en faveur de votre proposition.

Cela ne s’arrête pas, il y a aussi d’autres techniques à adopter pour réussir le storytelling.Mais le reste dépend de ces trois points indispensables.